Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Sants-Montjuïc

SITES DE LA ROUTE


Au fil du temps, le château de Montjuïc est devenu un espace de mémoire. Il est souvent assimilé à un symbole de la répression. Tout d’abord, la ville fut bombardée à deux reprises de cet endroit au XIXe siècle. Ensuite, lorsque la guerre civile espagnole éclata (1936-1939), c’est au château qu’on emprisonna et qu’on fusilla les militaires qui avait secondé l’insurrection contre la République. Enfin, lors de l’occupation de Barcelone par les troupes franquistes, il devint un haut lieu de la répression exercée par le nouveau régime. Cette forteresse fut en effet transformée en prison militaire et plusieurs exécutions y eurent lieu, dont celle de Lluís Companys, Président de Catalogne.

Le château de Montjuïc, bâti en 1694 à l’emplacement d’un ancien fort militaire datant de 1640, est un lieu que l’on associe à la répression dans la ville de Barcelone. C’est de cet endroit que le général Espartero fit bombarder Barcelone pour étouffer une insurrection révolutionnaire en 1842. L’année suivante, le général Prim bombarda à nouveau la ville. À la fin du XIXe siècle, de nombreux ouvriers y furent emprisonnés et exécutés pour avoir participé à des actes de violence anarchistes. En 1909, c’est encore ici qu’on enferma les individus arrêtés lors de la Semaine tragique.

En 1936, lors du déclenchement de la guerre civile, le Comité central des milices antifascistes (un organisme créé en juillet pour organiser les forces qui combattraient l’insurrection militaire en Catalogne et sur le front d’Aragon) prit possession du château de Montjuïc, qui devint ainsi propriété de la Catalogne pour la première fois dans l’histoire contemporaine. Le Comité avait pour intention de redorer l’image du château, associé à l’injustice et à l'oppression, pour en faire un emblème de l’antifascisme et de la défense de la liberté. Malgré tout, il conserva son rôle, puisque c’est également ici que furent emprisonnés et exécutés les militaires qui avaient secondé l’insurrection militaire contre la République. À compter des faits de mai 1937, quand le Gouvernement central prit en charge les compétences relatives à l'ordre public et à la défense, qui incombaient jusqu’alors à la Generalitat, le château passa aux mains de l’Armée de l’Est et continua d’être un centre de répression. En un an, 173 personnes accusées de trahison et d'espionnage contre la République y furent fusillées.

En occupant Barcelone le 26 janvier 1939, les troupes franquistes s’emparèrent du château et en firent un centre de détention, où ils internaient principalement des soldats républicains. Cependant, à la fin du mois de février, le camp de concentration d’Horta entra en service et tous les détenus du château y furent transférés. Ce dernier devint donc une prison exclusivement militaire. Même si les fusillades massives du franquisme à Barcelone se déroulaient au camp de la Bota, il y en eut une très symbolique au château de Montjuïc : celle du Président Lluís Companys, arrêté en France par les forces d’occupation allemande et remis aux autorités franquistes. Lluís Companys fut exécuté dans le fossé Santa Helena le 15 octobre 1940.

Le fort fit office de prison militaire jusqu’en 1960, date à laquelle il fut cédé à la ville, sous la direction de l’Armée de Terre. Ce n’est qu’en 2007 que le château fut entièrement cédé à la mairie de Barcelone. Aujourd'hui, vous pouvez visiter le château de Montjuic, qui dispose d'un centre d'interprétation qui abrite une exposition permanente sur l'histoire de cette espace.

Localisation: Avinguda del Castell || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.363328594, 2.166134883

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn