Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Ribera et Barceloneta

SITES DE LA ROUTE


Le bâtiment de l’École nautique de Barcelone accueillit le Comité central des milices antifascistes, un organisme créé le 21 juillet 1936 (deux jours après l’échec de l’insurrection contre la République à Barcelone) pour mobiliser les forces qui devaient combattre la rébellion militaire en Catalogne et au front.

Conscient du fait que l’importance du rôle joué par les forces populaires dans la victoire contre les militaires insurgés était sur le point de provoquer une révolution ouvrière, le Président Lluís Companys convoqua le 20 juillet 1936 une réunion avec tous les partis de gauche et les grands syndicats (CNT-FAI) en vue de remédier à l’instabilité régnante et de reprendre le contrôle de la situation. Lors de cette réunion, Lluís Companys proposa de créer un nouvel organisme exécutif, qui regrouperait toutes les forces antifascistes et qui interviendrait comme un véritable gouvernement en prenant la tête des combats en Catalogne : le Comitè Central de Milícies Antifeixistes (CCMA, Comité central des milices antifascistes). La création du CCMA, un organisme dépendant de la Generalitat, fut officielle le 21 juillet. Le Comité était composé de représentants de la Confederació Nacional del Treball (CNT, Confédération nationale du travail), la Federació Anarquista Ibèrica (FAI, Fédération anarchiste ibérique), l’Unió General de Treballadors (UGT, Union générale des travailleurs), d’Esquerra Republicana de Catalunya (ERC, Gauche républicaine de Catalogne), de l’Unió Socialista de Catalunya (USC, Union socialiste de Catalogne), d’Acció Catalana Republicana (ACR, Action catalane républicaine), de l’Unió de Rabassaires (UR, Union d’emphytéotes) et du Partit Obrer d’Unificació Marxista (POUM, Parti ouvrier d’unification marxiste). Au cours de ces deux mois d’existence, le Comité organisa le départ des milices ouvrières et des colonnes pour le front, principalement celui d’Aragon.

Cet organisme, dont les quartiers généraux se trouvaient dans le bâtiment de l’École nautique du port de Barcelone, était divisé en plusieurs services : Milices de Barcelone, Milices des comarques, Propagande, Sauf-conduits, Approvisionnement, Patrouilles de contrôle, Transports, Santé et Allocations. La création du CCMA entraîna l’institutionnalisation d’un double pouvoir exécutif. Le pouvoir réel appartenait au CCMA, qui agissait comme un véritable gouvernement, tandis que la Generalitat de Catalogne se chargeait des compétences que le CCMA lui-même lui cédait. Les facultés du CCMA allaient donc au-delà de la défense de la Catalogne et touchaient tous les domaines de la vie politique, économique et sociale, ce qui engendra des problèmes au sein du bloc antifasciste. Les principales tensions surgirent suite à des actes de répression indiscriminée contre des citoyens sympathisants du soulèvement militaire : classes aisées, militants de droite, clergé, etc.

Une grande partie de la classe politique catalane, de la Generalitat à la plupart des organisations et des partis politiques, s’efforça de faire cesser cette répression. Finalement, le CCMA fut dissout le 27 septembre 1936 et on approuva l’entrée dans le gouvernement catalan du Parti socialiste unifié de Catalogne (PSUC), du Partit ouvrier d’unification marxiste (POUM) et des anarcho-syndicalistes (CNT-FAI).

L’ancien siège du CCMA accueille aujourd’hui la Faculté d’études maritimes de Barcelone. Cette faculté, considérée comme la plus ancienne d’Espagne, est rattachée à l’Université polytechnique de Catalogne (UPC) depuis 1990.

Localisation: Pla de Palau, 18 || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.382420404, 2.184416703

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn