Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Ribera et Barceloneta

SITES DE LA ROUTE


La gare de França, autrefois appelée « Barcelona-Término », fut le point d’arrivée de milliers d’immigrés venus du reste de l’Espagne dans les années 1940, 1950 et 1960. Bon nombre de ces nouveaux venus étaient renvoyés à leur lieu d’origine par les autorités franquistes. Auparavant, pendant la guerre civile espagnole, la gare de França avait été le point de départ de milliers de personnes qui partirent pour l’exil en France, fuyant l’avancée des troupes franquistes.

Les années 1940 marquèrent le début d’une migration sans précédent vers la Catalogne. Ce phénomène, qui durerait 30 ans, toucha surtout Barcelone et son agglomération, fortes d’une industrie naissante. Des milliers de personnes, provenant pour la plupart de zones rurales du reste de l’Espagne, mais aussi d’ailleurs en Catalogne, quittèrent leur village pour trouver du travail là où on avait besoin de main d’œuvre. En raison de ces vagues migratoires, la population de la Catalogne augmenta de 50 % entre 1955 et 1975, pour atteindre 5 657 800 d’habitants l’année de la mort de Franco. Mais le facteur économique n’était pas l’unique mobile de ces migrations. Les motifs politiques n’étaient pas non plus étrangers au phénomène. En effet, bon nombre de personnes qui avaient soutenu la République pendant la guerre civile abandonnèrent leur lieu d’origine pour éviter les représailles du régime franquiste.

La plupart de ces migrants arrivaient en Catalogne en train, généralement à la gare de França. Des milliers de personnes venues d’Andalousie arrivaient ainsi dans le train express appelé « Le Sévillan », qui traversait l’Espagne du sud au nord et d’ouest en est. Aujourd’hui, au Musée d’histoire de l’immigration de Catalogne, à Sant Adrià de Besòs, on peut voir un wagon de ce train, véritable emblème des grands mouvements de population en ces temps difficiles.

Face au phénomène migratoire, qui donna lieu à l’apparition de grands bidonvilles dans la ceinture industrielle de Barcelone, le gouverneur civil, Felipe Acedo, publia en 1952 une circulaire exhortant les mairies de la province à empêcher l’entrée et le séjour des personnes sans domicile légal et sans contrat de travail. Pour faire respecter cette norme, la police intervenait à même la gare de França, en recourant à des agents en uniforme mais aussi à des agents en civil appartenant au Service d’évacuation. Une fois arrêtés, les nouveaux venus étaient conduits au Palais des missions, à Montjuïc. Ce pavillon, construit à l’occasion de l’Exposition universelle de 1929, fut en effet réaménagé en centre d’internement et de catalogage des immigrés. De là, une fois identifiés et fichés, les immigrés étaient rapatriés à leur lieu d’origine. Entre 1952 et 1957, près de 15 000 personnes furent ainsi éconduites après leur passage par le Palais des missions.

Localisation: Av. Marquès de l'Argentera, 8-20 || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.384182305, 2.185184063

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn