Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Ribera et Barceloneta

SITES DE LA ROUTE


Le 23 juillet 1936, quatre jours après le coup d’État militaire contre la République et son échec dans les rues de Barcelone, le syndicat CNT décida d’occuper ce bâtiment, jusqu’alors siège de l’association patronale catalane, la Foment Nacional du Treball. En raison de l’hégémonie du syndicat sous la guerre civile espagnole (1936-1939), cet endroit devint l’un des grands centres de pouvoir de la Catalogne. C’est de là, par exemple, que partit le cortège populaire d’adieu à Buenaventura Durruti, leader syndicaliste mort au front le 20 novembre 1936.

La Confederació Nacional del Treball (CNT, Confédération nationale du travail), fondée à Barcelone en 1910 selon les principes de l’anarcho-syndicalisme, participa activement à la lutte contre l’insurrection militaire du 19 juillet 1936. Dès lors, elle joua un rôle capital aux côtés de la Federació Anarquista Ibèrica (FAI, Fédération anarchiste ibérique), raison pour laquelle le syndicat fut ensuite baptisé CNT-FAI. La victoire de l’antifascisme attribua une grande hégémonie politique et militaire aux anarcho-syndicalistes, en remettant la ville dans leurs mains. S’ensuivit un élan révolutionnaire, au cours duquel beaucoup d’associations de quartier, d’organisations politiques et syndicales prirent d’assaut des bâtiments et des établissements. Ainsi, le 23 juillet, la CNT occupa le siège de Foment Nacional du Treball et l'immeuble contigu (appartenant à Francesc Cambó qui, réfugié a Paris, soutint la rébellion militaire fasciste), pour en faire le siège du Comité régional du syndicat, appelé Casa CNT-FAI.

L’un des leaders les plus connus de la CNT était Buenaventura Durruti. Ce dernier participa activement aux événements révolutionnaires du début de la guerre en Catalogne et faisait partie du Comité central des milices antifascistes, un organisme créé en juillet 1936 pour organiser les forces qui combattraient l’insurrection militaire en Catalogne et sur le front d’Aragon. Peu de temps après, il décida d’aller se battre au front et de former la colonne Durruti. Celle-ci se dirigea dans un premier temps à Saragosse puis, en novembre, à Madrid, où il mourut pour des raisons qui demeurent encore inconnues. Le 21 novembre, le corps de Durruti fut rapatrié à Barcelone, où une salle avait été aménagée pour l’accueillir dans la Casa CNT-FAI. Toute la nuit, une multitude de gens vinrent lui faire leurs adieux au siège des anarcho-syndicalistes. Le 23 novembre au matin, le cortège funèbre accompagna le cercueil de Durruti, couvert d’un drapeau rouge et noir, au cimetière de Montjuïc. À la tête du cortège se trouvaient les miliciens de la colonne Durruti, des représentants de la CNT-FAI et du gouvernement républicain, dont notamment le Président de la Generalitat, Lluís Companys, et le maire de Barcelone, Carles Pi i Sunyer. D’autres représentants des partis de gauche se trouvaient derrière ceux-ci et la famille du défunt. En septembre 1937, la mairie décida de rebaptiser la Via Laietana « avenue Buenaventura Durruti ».

Suite à l’occupation franquiste de Barcelone en janvier 1939, l’association patronale récupéra le bâtiment. Franco interdit la CNT et lui confisqua tous ses biens. Malgré tout, le syndicat demeura très présent dans la clandestinité sous la dictature, aussi bien au niveau de la lutte syndicale que de la lutte armée. Ce fut la première force de l’opposition jusqu’au milieu des années 1950.

Localisation: Via Laietana, 32 || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.385413123, 2.177131459

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn