Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Nou Barris

SITES DE LA ROUTE


La place Salvador Puig Antich permet de contempler la ville de Barcelone depuis les hauteurs. Le belvédère est situé dans le quartier de Roquetes, théâtre d’importantes luttes de riverains pendant les années 1970. À la fin du franquisme, les habitants réclamèrent des améliorations dans les accès aux transports en commun et ils entamèrent de fortes protestations, allant même jusqu’à s’emparer d’autobus.

Cet endroit de Nou Barris est dédié à Salvador Puig Antich, le dernier Catalan exécuté sous le franquisme. Puig Antich était membre du Mouvement ibérique de libération (MIL) quand il fut arrêté en 1973 au cours d’un échange de tirs avec la police devant un immeuble de la rue Girona, dans le quartier de l’Eixample. Il fut jugé coupable par un tribunal militaire de la mort du sous-inspecteur Francisco Anguas Barragán lors d’un procès sans aucune garantie de procédure. Puig Antich fut finalement exécuté à la prison Model le 2 mars 1974 à l’âge de 25 ans. La place prit son nom en 2006, mais il fallut attendre 10 ans pour que soit installée une plaque et inaugurée une sculpture-belvédère qui évoque le passage de la prison à la liberté – en mars 2016, pour le 42e anniversaire de son exécution.

Le belvédère est situé dans le quartier de Roquetes, une des zones de la ville où la population augmenta de façon exponentielle sous le franquisme, avec l’installation d’une bonne partie des nouveaux arrivants à la recherche d’un avenir meilleur. Au début des années 1960, les habitants commencèrent à réclamer des services de base, comme des écoles, des équipements sanitaires ou des transports en commun. Mais les propositions des riverains furent refusées par l’administration.

En 1969, les habitants demandèrent à l’entreprise Transports Metropolitans de Barcelona (TMB) le prolongement de plusieurs lignes de bus jusqu’à la partie haute de Roquetes, mais l’entreprise argumenta que cela n’était pas possible car certaines rues n’étaient pas bitumées. Des représentants des habitants de Roquetes et du Verdum décidèrent alors, pour marquer les esprits, de séquestrer un bus et d’obliger le conducteur à monter tout en haut du quartier afin de prouver qu’il n’y avait pas d’empêchements urbanistiques. La protestation n’obtint pas de réponse positive avant mai 1974 et le prolongement de la ligne 11, une solution insuffisante. Pour cette raison, l’été de la même année, les habitants continuèrent les séquestrations de bus. Les protestations des riverains portèrent leurs fruits car, en juillet 1974, les parcours des lignes 11 et 112 furent prolongés et, peu après, une nouvelle ligne qui reliait le quartier de Gràcia et la place Llucmajor fut créée.

D’autres quartiers proches de Roquetes suivirent l’exemple pour revendiquer des améliorations dans leur zone. En 1977, les habitants de la Prosperitat séquestrèrent un bus de la ligne 12 et le firent passer par la place Sant Jaume et par le domicile du maire de Barcelone de l’époque, José María Socías Humbert, pour réclamer la fin des baraques de la plaine de Santa Engràcia.

La dernière séquestration connue eut lieu le 7 mai 1978 à Torre Baró, quand Manuel Vital, conducteur de bus de TMB et figure des habitants en colère, « séquestra » son propre bus qu’il conduisit jusqu’à Torre Baró. Pendant le trajet, des personnes des quartiers voisins montèrent dans le véhicule pour apporter leur soutien à la revendication. Quelques mois plus tard, la ligne 47 fut prolongée jusqu’au quartier de Canyelles.

Localisation: Plaça Salvador Puig i Antich || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.450628000, 2.177784000

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn