Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Nou Barris

SITES DE LA ROUTE


L’Institut Mental de la Santa Creu fut construit à la fin du XIXe s. sur des terrains à l’écart de la ville de Barcelone. Il fut inauguré comme un centre pionnier dans le traitement des maladies mentales, mais son fonctionnement fut altéré par la guerre civile puis par la dictature franquiste, qui fit de lui un internat obsolète et déficitaire sur le plan financier. De nos jours, les bâtiments restants de ce grand complexe accueillent la mairie du quartier de Nou Barris et d’autres équipements municipaux.

Au milieu du XIXe s., l’hôpital de la Santa Creu, situé dans le quartier du Raval, entama un projet pour construire un centre pour les malades mentaux à l’extérieur des remparts de la ville. Le psychiatre Emili Pi i Molist fut à l’origine du nouveau centre, sur le modèle rénovateur qui se développait partout en Europe. La conception du complexe fut confiée à Josep Oriol i Bernadet et la construction dirigée par les architectes Elies Rogent et Josep Artigas, entre 1885 et 1915, dans le style historiciste.

L’institut pouvait accueillir 700 patients dans 12 pavillons. Il disposait de chambres dans lesquelles les malades étaient séparés par sexe et classe sociale, d’un réfectoire, d’une cuisine, d’ateliers, d’une bibliothèque, d’une infirmerie et d’une pharmacie, de toilettes, de potagers, d’un théâtre et de sa propre église. Au moment de son inauguration, c’était le plus grand bâtiment de la ville et il devint une institution de référence en matière de psychiatrie. Les malades étaient soignés par les frères et sœurs hospitaliers de l’ordre de la Santa Creu (Sainte-Croix).

Avec l’échec du soulèvement militaire de juillet 1936 et le début de la guerre civile, une vague révolutionnaire déferla, entraînant des actes de violence contre les propriétés ecclésiastiques. L’église du « Mental », dédiée à saint Raphaël, ne fut pas détruite, mais n’en fut pas moins saccagée. Un film de l’époque réalisé par la Confédération nationale du travail (CNT) montre un groupe de miliciens à l’intérieur du temple, tirant contre des militaires fascistes. Les miliciens spolient les symboles religieux et les entassent à l’extérieur. Ce film est le premier document filmé connu du bâtiment, mais il n’est pas daté avec exactitude et il pourrait s’agir d’une reconstitution postérieure des faits.

À la fin de la guerre, la direction du centre fut laissée au docteur Òscar Torras Buxeda, qui dirigea l’établissement de 1934 à 1960. Dans l’après-guerre immédiat, l’Institut Mental connut des problèmes budgétaires et matériels qui empirèrent les conditions des patients. Ce à quoi il fallait ajouter l’augmentation du nombre de personnes diagnostiquées handicapées mentales sous le franquisme, conséquence de l'application de la morale nationale catholique à tous les niveaux de la société.

À partir des années 1970, un mouvement qui dénonçait l’exclusion sociale du malade mental, la privation de ses droits fondamentaux et le caractère arbitraire des diagnostics vit le jour. De nombreuses assemblées furent organisées à l’Institut Mental entre travailleurs et internes pour approfondir sur le sujet. Cette remise en question mena à une réduction du nombre d’internes et des établissements comme « el Mental » cessèrent d'être rentables. Le démantèlement du complexe commença alors, malgré l’opposition du personnel, des familles des internes et d’une partie des habitants, qui considéraient sa fermeture comme regrettable pour le quartier.

L’établissement ferma définitivement en 1987. La plupart des pavillons furent démolis, sauf le corps central et le premier pavillon de la section des femmes, qui accueillent actuellement la mairie du district de Nou Barris, une bibliothèque publique, un commissariat de police municipale et d’autres dépendances de la ville. Une partie des terrains fut transformée en parc – le parc Central de Nou Barris – et l'autre fut construite. L’église saint Raphaël est le seul élément à avoir été abandonn&eacu

Localisation: Plaça Major de Nou Barris || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.436918000, 2.170640000

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn