Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Sant Martí

SITES DE LA ROUTE


Dans la rue Llacuna, entre les rues Ramon Turró et Doctor Trueta, on peut encore voir la façade de l’ancienne usine El Cànem, intégrée dans un bâtiment qui abrite aujourd’hui des bureaux et un hôtel 4 étoiles. Après l’arrivée des troupes franquistes à Barcelone le 26 janvier 1939, les prisons de la ville furent rapidement saturées en raison des grandes proportions que prit la répression franquiste. Il fallut donc aménager des centres de détention dans d’autres bâtiments. L’usine El Cànem fut réaménagée pour accueillir l’un de ces centres, où l’on conduisait les personnes soupçonnées de ne pas être des adeptes du nouveau régime.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le quartier de Poblenou devint le principal centre industriel de la ville, ce qui lui valut le surnom de « Manchester catalan ». De nombreuses usines entrèrent en service à cette époque, notamment dans le secteur textile, telle que celle créée en 1882 par les frères Bartolomé et Carles Godó, les mêmes qui fondèrent le quotidien La Vanguardia. On y fabriquait des toiles de jute, ce qui lui valut le surnom populaire d’« El Cànem » (le chanvre), une fibre similaire au jute. Environ 2 000 personnes travaillaient à El Cànem, principalement des femmes et des enfants, dans des conditions très dures.

En 1939, pour prouver leur affection au général Franco, les frères Godó cédèrent gratuitement le complexe aux autorités franquistes. Ces dernières en firent un centre de détention en tirant parti de ses deux hangars, de sa cour extérieure et du fait que l’usine se trouvait juste devant une caserne de la Guardia Civil qui pouvait en assurer la surveillance. Près de 3 000 républicains séjournèrent dans ce centre dans des conditions déplorables. Outre le manque de nourriture et d’espace, ils étaient maltraités par les gardiens et soumis à un régime disciplinaire reposant sur des menaces permanentes. De plus, tous les matins, on les obligeait à chanter l’hymne de la Phalange, « Cara al Sol ». On estime que près de 11 000 républicains passèrent par El Cànem, qui fit office d’annexe de la prison Model jusqu’au 23 mars 1942, année au cours de laquelle les derniers prisonniers y furent transférés.

Aujourd’hui, sur la Rambla du Poblenou, à la hauteur de la rue Llull, une plaque posée sur le sol est dédiée aux « Femmes d’El Cànem », en hommage aux ouvrières qui y furent soumises à des conditions de travail extrêmes. Cependant, aucune référence n’est faite aux prisonniers qui y furent enfermés par la dictature franquiste.

Localisation: Carrer de la Llacuna, 10-20 || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.398266166, 2.202641121

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn