Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Horta-Guinardó

SITES DE LA ROUTE


Cette reproduction du pavillon de la République espagnole à l’Exposition internationale de Paris de 1937 fut construite en 1992, à l’occasion du réaménagement du quartier Vall d’Hebron dans le cadre des Jeux olympiques de Barcelone. Il s’agit d’un pavillon identique à celui qui incarna les principes démocratiques républicains à Paris. Il abrite aujourd’hui un centre de documentation sur l’histoire d’Espagne au XXe siècle.

En vue de l’Exposition internationale de Paris, le gouvernement de la Deuxième République espagnole chargea les architectes Josep Lluís Sert et Luís Lacasa de construire un pavillon visant à diffuser les principes démocratiques républicains face à l’essor du totalitarisme en Europe. Josep Lluís Sert se reconnaissait dans le courant architectural moderne qui s’inspirait des principes du rationalisme de Le Corbusier. Avec Luís Lacasa, il créa un bâtiment avant-gardiste, aux lignes droites et à la façade épurée, bien loin des pavillons du courant monumentaliste typique des pays gouvernés par des régimes totalitaires comme l’Allemagne ou l’Union soviétique.

On profita de l’Exposition internationale de Paris pour montrer au monde ce qui se passait en Espagne, à l’époque plongée en pleine guerre civile, suite à l’insurrection militaire fasciste de juillet 1936 contre le gouvernement républicain légitimement élu. Le pavillon espagnol devint un outil de propagande pour alerter du danger que représenterait une victoire du fascisme en Espagne pour la stabilité mondiale. La Deuxième République sollicitait ainsi le soutien extérieur qu’on lui refusait à travers le Comité de non-intervention tandis que les militaires insurgés étaient épaulés par l’Italie et l’Allemagne, qui envoyaient des hommes, des armes et des avions aux fascistes espagnols.

De nombreux artistes de renom souhaitèrent participer à cette tâche de propagande en apportant l’une de leurs œuvres au pavillon. On y exposa ainsi la « Fontaine de Mercure » d’Alexander Calder, la peinture murale du « Paysan catalan en révolte » de Joan Miró et l’emblématique « Guernica » de Picasso, qui dénonçait les raids aériens de la légion Condor allemande sur la ville basque de Guernica. Des photomontages furent également exposés pour expliquer les politiques sociales et de développement de la République, ainsi que d’autres pièces, dont un grand portrait de Federico Garcia Lorca, grand poète assassiné par les fascistes.

Au terme de l’Exposition internationale, le pavillon fut démoli et les travaux artistiques furent répartis entre plusieurs pays ; certains accompagnèrent leurs auteurs en exil. Près de 50 ans plus tard, la mairie de Barcelone décida de construire une reproduction fidèle de ce bâtiment symbolique dans le quartier Vall d’Hebron, qui était en cours de réaménagement pour accueillir une partie des infrastructures nécessaires aux Jeux olympiques de 1992. Pendant les JO, le pavillon hébergea ainsi des salles de presse. Il ferma ensuite ses portes jusqu’en 1997, année au cours de laquelle il devint le siège de la Bibliothèque du Pavillon de la République, de l'Université de Barcelone. Ce dernier possède des fonds documentaires uniques sur la période de la Deuxième République espagnole, la guerre civile, l’exil, la dictature franquiste et la transition démocratique.

Localisation: Av. Cardenal Vidal i Barraquer, 34-36 || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.430676677, 2.151199337

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn