Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Gràcia

SITES DE LA ROUTE


Les premières grandes manifestations après la mort de Franco se produisirent les dimanches 1er et 8 février 1976. Les citoyens sortirent dans la rue en scandant le slogan « Liberté, amnistie, statut d’autonomie » en plusieurs points de la ville. Ils se rassemblèrent notamment sur le Passeig de Sant Joan, où la police utilisa la force contre les manifestants.

Quelques mois après la mort de Franco, de nombreuses organisations citoyennes, avec à leur tête la Federació d’Associacions de Veïns de Barcelona (FAVB, Fédération d’associations de riverains de Barcelone), décidèrent de descendre dans les rues pour exiger au gouvernement d’Arias Navarro l’engagement d’un vrai processus vers la démocratie. Ainsi, le 1er février 1976, une manifestation fut organisée pour exiger l’amnistie des prisonniers politiques. Le dimanche suivant, on en convoqua une autre pour revendiquer en plus les droits politiques et les libertés nationales de la Catalogne.

Malgré l’interdiction des autorités, les citoyens répondirent en masse à l’appel de la première manifestation qui devait débuter sur l’actuel Passeig de Lluís Companys (à l’époque Passeig de Víctor Pradera). Dans ce contexte tendu, la police employa la force contre des passants qui se trouvaient dans la zone. Par conséquent, on répandit une nouvelle consigne : la concentration devait se reproduire au carrefour de Travessera de Gràcia et du Passeig de Sant Joan (à l’époque Passeig del General Mola). D’après les sources de l’époque, entre 4 000 et 12 000 personnes s’y retrouvèrent vers 11 h. Celles-ci avancèrent jusqu’à la rue Rosselló, où les attendait un grand déploiement policier. Les manifestants s’assirent par terre pour prouver leur intentions pacifiques mais la police chargea avec des matraques, des balles en caoutchouc et des grenades fumigènes, ce qui provoqua la dispersion des manifestants vers d’autres points de la ville. Plusieurs photographes, parvint à saisir avec ses caméras le moment de la charge. Ces images constituent aujourd’hui un document historique.

Lors de la manifestation du dimanche suivant, 8 février, les affrontements avec la police se reproduisirent en plusieurs endroits dans la ville. Le Passeig de Sant Joan fut à nouveau le théâtre d’altercations qui se soldèrent par de nombreuses arrestations et des blessés plus ou moins graves. Loin d’affaiblir la cause démocratique, la répression du gouvernement renforça cette dernière. Pendant les semaines qui suivirent, la grève s’étendit à des secteurs de plus en plus nombreux, tandis que plusieurs communes et organisations se prononcèrent en faveur de l'amnistie. Cependant, il fallut attendre la nomination d'Adolfo Suárez pour constater les premiers signes d'ouverture : le 14 octobre 1977, le premier Parlement démocratique approuva un projet d’amnistie définitif.

Localisation: Passeig de Sant Joan || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.404451205, 2.162858104

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn