Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Gòtic et Raval

SITES DE LA ROUTE


La place de Catalunya fut le théâtre de plusieurs événements marquants pendant la guerre civile. C’est ici que le 19 juillet 1936 les militaires insurgés qui sortirent des casernes de Barcelone furent arrêtés par les forces loyales à la République. Quelques mois plus tard, le 3 mai 1937, la tentative d’occupation du bâtiment de Telefónica par les forces de l’ordre de la Generalitat se solda par de violents affrontements. Cet épisode est connu sous le nom de « faits de mai ». En tant qu’épicentre de la ville, la place accueillit dans les décennies qui suivirent plusieurs rassemblements et événements publics : des échantillons d’adhésion au régime franquiste aux manifest

Le 19 juillet 1936, les troupes militaires rebelles sortirent des casernes pour prendre le contrôle de la ville. Sous les ordres du commandant López-Amor, ils arrivèrent à huit heures du matin à la place de Catalunya, où ils affrontèrent les gardes d’assaut républicains, qui durent se replier. Les insurgés attaquèrent le bâtiment de Telefónica (la compagnie téléphonique nationale), situé à l’angle de la place et du Portal de l’Àngel. La section du lieutenant Perales de la garde d'assaut, retranchée dans les étages supérieurs, résista jusqu’à la fin des combats. À 9 h, les militaires contrôlaient tous les immeubles de la place, mais il y eut un revirement de situation à 14 h. La Guardia Civil, restée fidèle à la République, contrattaqua en soutenant les gardes d’assaut qui avaient déjà réussi à prendre des positions clés en passant par les tunnels du métro, où ils arrêtèrent López-Amor. L’assaut des lieux contrôlés par les fascistes se fit avec l’aide de volontaires civils. Les pièces d’artillerie saisies furent d’une grande aide et on récupéra le contrôle du cercle militaire, du bâtiment de Telefónica et de l’hôtel Colón. À 16 h, les affrontements avaient cessé dans cette partie de la ville. La place, jonchée de cadavres de soldats, de gardes et de citoyens anonymes, ainsi que de chevaux morts, offrait un tableau déchirant.

Un autre événement marquant survenu sur cette place est celui du 3 mai 1937, quand les différentes forces antifascistes de Catalogne s’y affrontèrent, donnant lieu aux « faits de mai ». D'un côté se trouvaient les forces de l'ordre public de la Generalitat et des militants du PSUC, de l'UGT et de l’État catalan ; de l’autre, des militants de la CNT-FAI et du POUM. Le ministre du Gouvernement de la Generalitat, Artemi Aiguader, ordonna l’occupation du bâtiment de Telefónica pour expulser les anarcho-syndicalistes de la CNT-FAI qui détenaient le monopole des communications téléphoniques. Ces derniers, qui étaient armés, opposèrent une forte résistance. Mais à 15 h, 200 gardes d’assaut envahirent le premier étage du bâtiment, tandis que la CNT-FAI lançait un appel à tous ses militants pour qu’ils leur viennent en aide et pour convoquer une grève générale. Partout en ville, les combats de rue furent soutenus, particulièrement les 4 et 5 mai. Le 6 mai, le gouvernement central de la République envoya 5 000 gardes d’assaut à Barcelone pour apaiser la situation. Les deux camps conclurent un marché, selon lequel la CNT-FAI devait abandonner le bâtiment de Telefónica en premier, puis la garde d’assaut ferait de même. Quand les anarcho-syndicalistes accomplirent leur partie du marché, les forces de la Generalitat et l’UGT en profitèrent pour occuper le bâtiment. Pendant la nuit, les anarchistes et le gouvernement parvinrent à un accord définitif, conditionné à l’abandon des armes. On estime que ces incidents ont causé la mort de 280 à 500 personnes, ainsi que plus de mille blessés.

De nos jours, la place accueille un monument en l’honneur de Francesc Macià. Cette œuvre de Josep Maria Subirachs, inaugurée en 1991, fut en partie financée par une collecte populaire réalisée par le quotidien "Avui", qui soutenait ce projet depuis 1977. Francesc Macià, qui proclama du balcon de la Generalitat le 14 avril 1931 « la République catalane au sein d’une fédération de républiques ibériques », fut le premier président de la Generalitat de Catalogne après le rétablissement de celle-ci suite à l’avènement de la II République.

Localisation: Plaça de Catalunya || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.386992529, 2.170030957

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn