Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Eixample dret

SITES DE LA ROUTE


Cette place, centre névralgique de la ville, fut le théâtre de plusieurs épisodes historiques au cours du XXe siècle. En juillet 1936, suite au soulèvement militaire contre le gouvernement républicain, de graves affrontements s’y produisirent entre les soldats insurgés et les forces loyales à la République. Par la suite, sous la dictature franquiste, la place accueillit des manifestations contre le régime, dont celles de 1951 et de 1957 pour dénoncer l’augmentation du billet de tramway. D’autre part, l’Université de Barcelone vécut plusieurs événements contre le régime franquiste, tous promus par un mouvement étudiant contestataire qui vit le jour dans les années 1950.

Le 19 juillet 1936, un escadron de cavalerie provenant de la caserne de la rue Tarragona occupa la place de l’Universitat sans rencontrer de résistance. Sur cette place, il devait retrouver un régiment d’infanterie de la caserne du Bruc de Pedralbes, dont l’objectif était d’atteindre la place de Catalunya. De violents affrontements ne tardèrent pas à se produire entre les militaires insurgés et les forces républicaines. Pour étouffer la rébellion, il fallait reprendre aussi bien la place de Catalunya que celle de l’Universitat. Les forces gouvernementales optèrent pour isoler ces deux esplanades, afin de couper tout renfort éventuel aux factions rebelles. En début d’après-midi, une unité de Guardia Civil, restée fidèle à la République, entra sur la place par la rue Aribau. Au bout d’une heure de négociation, elle parvint à obtenir la reddition des militaires. L’insurrection fut étouffée à Barcelone et dans d’autres villes d’Espagne, donnant lieu au déclenchement de la guerre civile.

Des années plus tard, sous la dictature du général Franco, cette place de la ville fut le théâtre de manifestations citoyennes contre le régime, la plupart lancées par les étudiants de l’Université de Barcelone, dont le bâtiment principal longe la place. L’instauration de la dictature franquiste marqua le début d’une période de grande répression dans le monde universitaire, entraînant la purge du corps enseignant, la suppression de l’autonomie universitaire et le génocide de la culture et de la langue catalanes au sein de la vie étudiante. Le 9 février 1946, en réponse à cette répression, la branche universitaire du Front national de Catalogne (une organisation armée antifranquiste) déposa un engin explosif dans la chapelle de l’Université au moment d’une cérémonie organisée en hommage aux étudiants franquistes morts pendant la guerre civile. L’action se répéta quelques jours plus tard, avec la pose de cartouches de dynamite dans les locaux du Sindicato Español Universitario (SEU, Syndicat espagnol universitaire) situés dans le même bâtiment. En représailles, plusieurs étudiants considérés catalanistes furent interrogés et malmenés sans pouvoir établir la preuve de leur culpabilité.

En 1951, les étudiants universitaires prirent la tête des grandes manifestations contre la hausse du prix du billet de tramway, qui avait augmenté de 40 % à Barcelone tandis qu’il resta inchangé à Madrid. En cette époque de pénurie et de salaires misérables, on lança un appel aux citoyens pour boycotter le tramway. Le 25 février, des affrontements opposèrent la police et les étudiants sur la place de l’Universitat ainsi que dans d’autres centres universitaires, comme la faculté de Médicine et l’École industrielle. Après plusieurs jours consécutifs de boycott, les autorités consentirent à réduire le prix du billet. Les citoyens constatèrent que le régime cédait à la pression populaire pour la première fois.

En janvier 1957, un nouveau boycott contre les tramways, lancé pour la même raison qu’en 1951, provoqua des émeutes sur la place. Des étudiants finirent par occuper le siège de l’Université et par brûler des portraits de Franco et de José Antonio Primo de Rivera, en critiquant durement le régime. La police pénétra dans le bâtiment à cheval pour l’évacuer. Cette fois-ci, la participation des étudiants aux manifestations fut encore plus importante et marqua le début d’une nouvelle ère au sein du mouvement étudiant. À partir de 1955, ce dernier, bien affermi, devint l’un des secteurs organisés les plus combatifs de l’anti-franquisme.<

Localisation: Plaça de la Universitat || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.383860040, 2.162858939

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn