Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Eixample dret

SITES DE LA ROUTE


Le monument dédié aux victimes des bombardements de la guerre civile, baptisé « Encaix » (Emboîtement), se dresse à l’emplacement même où, le 17 mars 1938, une bombe toucha un camion chargé d’explosifs, provoquant la mort de nombreuses personnes. Ce fut l’une des plus graves attaques aériennes sur la ville.

Parmi les 194 bombardements que subit Barcelone pendant la guerre civile, ceux des 16, 17 et 18 mars 1938 furent particulièrement dévastateurs. L’attaque fut exécutée sous les ordres du dictateur italien Benito Mussolini, dont l’aviation apporta son soutien à Franco tout au long de la guerre. L'objectif était de provoquer le plus grand nombre de victimes et de dégâts possibles, afin de terroriser et de démoraliser la population à l’arrière-garde.

Le 17 mars 1938, au carrefour de la rue Balmes et de la Gran Via de les Corts Catalanes, là où se dresse aujourd’hui la sculpture « Encaix », une bombe tomba sur un camion qui transportait près de quatre tonnes d’explosif (TNT). Cela déclencha une explosion de grande ampleur, très destructrice, entraînant la mort des 23 soldats et du capitaine qui se trouvaient à bord du camion, ainsi que d’autres personnes alentour. Les immeubles environnants furent gravement endommagés. Le lendemain, des journaux du monde entier annoncèrent la nouvelle en émettant l’hypothèse que l’épouvantable explosion et l’immense colonne de fumée qui s’ensuivit étaient le fruit d’une nouvelle bombe dotée d’un pouvoir destructeur inconnu jusqu’alors.

Quelques jours plus tard, le 26 mars, la Generalitat de Catalogne annonça le nombre total de victimes de ces 3 jours d’attaques consécutifs : 875 morts et plus de 1 500 blessés. On recensa par ailleurs 48 immeubles entièrement détruits et 75 partiellement touchés. Les pompiers effectuèrent 69 interventions. Dans les semaines qui suivirent, ils continuèrent à travailler sans relâche pour dégager les décombres.

C’est à cet endroit, devant le théâtre/cinéma Coliseum, que fut inauguré le 29 avril 2003 le monument aux victimes des bombardements de la guerre civile, œuvre de Margarita Andreu. Cette structure en acier inoxydable, de 10 m de haut, est formée de quatre barres droites et quatre barres inclinées qui évoquent un immeuble en train de s’effondrer sous l’effet des bombes, tout en symbolisant une société déséquilibrée par la guerre. L’artiste a toutefois voulu transmettre un message d’espoir : tout ce qui se brise finit par se ressouder au fil du temps. D’après Josep Benet, l’un des promoteurs du projet depuis 1988, l’idée était d’y graver les mots de Winston Churchill qui, lors des attaques de l’aviation nazie sur la Grande-Bretagne affirma : « Je ne veux pas sous-estimer la gravité du supplice qui vous tombe du ciel, mais je suis convaincu que nos concitoyens seront capables de résister comme le valeureux peuple de Barcelone ».

Localisation: Gran Via de les Corts Catalanes, 595 || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.387947478, 2.166311020

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn