Memoriabcn

Routes historiques dans les quartiers de Barcelone (XXe siècle)

Les Corts et Eixample esquerre

SITES DE LA ROUTE


Pendant la guerre civile, cet ancien couvent fut réquisitionné par la Generalitat de Catalogne, qui en fit une maison de correction pour femmes. En 1939, le bâtiment passa aux mains des franquistes, qui continuèrent à s’en servir comme prison pour femmes jusqu’en 1955.

Le couvent et asile pour femmes des sœurs dominicaines, connu sous le nom d’Asil du Bon Consell, fut réquisitionné par le Comité des prisons de la Generalitat en octobre 1936 pour accueillir les détenues de la prison de la rue Routil Amàlia, démolie cette année-là. En dépit des considérations humanistes du projet, les locaux finirent par héberger un nombre excessif de prisonnières, ce qui entraîna de graves déficiences. Après les faits de mai 1937, suite à la répression des secteurs marxistes et des syndicats, on y emprisonna des militantes du POUM et de la CNT, qui devaient côtoyer les détenues affichant une idéologie de droite ou antirépublicaine, jetées en prison dans le cadre de la guerre.

En 1939, suite à l’occupation de Barcelone, la prison passa aux mains des franquistes, qui en cédèrent la direction à deux ordres religieux : les Sœurs de Saint-Vicent de Paul d’abord, puis l’ordre des Mercédaires. La prison avait une capacité de 150 détenues, mais entre janvier et octobre 1939, elle accueillit 3 267 femmes. Le nombre maximum d’occupantes fut atteint en août 1939, avec 1 763 femmes et 43 enfants. Cette massification entraîna une aggravation considérable des conditions de vie dans la prison. On y manquait d’espace, les rations alimentaires étaient minimes et les conditions d’hygiène déplorables. Les prisonnières ne pouvaient se doucher que tous les huit ou dix jours. En raison du manque de matériel sanitaire, il était difficile de soigner les enfants correctement. Ces pénuries allèrent de pair avec l’apparition du typhus, de la tuberculose et de la gale, qui se traduisirent par une mortalité infantile élevée. Pendant le régime franquiste, onze femmes prises à Les Corts ont été condamnés à mort et fusillés au Camp de la Bota.

En 1955, on ferma la prison des Corts et les détenues furent transférées en premier lieu à la prison Model puis à la prison de la Trinitat. Deux ans plus tard, les sœurs dominicaines récupérèrent le bâtiment et le vendirent à une agence immobilière, qui le démolit pour construire un grand magasin et des immeubles d’habitation. Il n'y avait aucun signe de l'existence de l'ancienne prison.

En 2010, le conseil municipal de Barcelone a installé une petite plaque rappelant les femmes prises à cette prison et leurs enfants. Peu de temps après, un mouvement local et associatif a commencé à revendiquer la mémoire de femmes anti-franquistes emprisonnées à Les Corts. De nouveaux panneaux contenant des informations historiques ont été marqués sur le site. Depuis lors, diverses commémorations et revendications de citoyens sont organisées chaque année. En 2019, un mémorial sera ouvert au coin des rues de l'Europe et Joan Güell.

Pour plus d'informations : www.presodelescorts.org

Localisation: Avinguda Diagonal, 617 || Coordonnées: (LAT, LONG): 41.387988193, 2.128024454

  • Events:
  • Deuxième République
  • Guerre civile
  • Franquisme
  • Transition
Memoriabcn